La fenêtre de Kenny

 
  • Marie Fradette Marie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Marie Fradette Marie a aimé ce livre
Billet rédigé par Marie Fradette, spécialiste de la littérature jeunesse

« Au beau milieu d’un rêve, Kenny se réveille. Et il se souvient d’un jardin [dont] la moitié était plongée dans le jaune d’une belle matinée, l’autre dans le vert sombre de la nuit. » Cet endroit idyllique l’appelle, mais pour y accéder il devra répondre à sept questions posées par un coq. Parmi celles-ci, le volatile à quatre pattes lui demande s’il « veu[t] toujours ce qu’[il] croi[t] vouloir ? », « Qu’est-ce qu’une chèvre à soi ? » et « Qu’est-ce qui voit dedans et qu’est-ce qui voit dehors ? ».

Un parcours s’amorce et mène le garçon à questionner sa façon de voir les choses, à s’arrêter pour comprendre un peu mieux le sens du monde qui l’entoure.

Si les plus jeunes trouveront dans ce texte une ode à l’imagination propulsant le héros dans un univers étonnant fait d’oursons et de soldats de bois animés, les plus grands s’attarderont à la profondeur des questionnements qui incitent le garçon à réfléchir à ce qu’il veut, à départager ce qui est bon et important pour lui de ce qui est futile. À l’onirisme évident du récit s’allie une réflexion intime et philosophique sur la vie.

Mon avis

Écrit en 1956, cet ouvrage intemporel de Maurice Sendak n’a pris aucune ride. Questionner la vie à partir de détails qui semblent anodins, inviter les lecteurs à plonger au cœur d’eux-mêmes pour trouver des réponses à l’existence, voilà un sujet qui porte en lui l’essence des classiques. Et, à ce titre, Sendak n’a plus rien à prouver. Ses textes sont empreints d’une humanité, d’un regard sincère et profond porté sur l’enfance et la vie.

À ce texte en apparence tout simple – traduit ici par Françoise Morvan – l’auteur de Max et les maximonstres joint des illustrations sobres et épurées qui donnent à voir l’essentiel tout en stimulant l’imagination du lecteur. Et c’est là la force de cet album. Car, à première vue, et prise au premier degré, les illustrations, les questions, les dialogues entre Kenny et les personnages restent simples et sans lendemain, mais le génie de Sendak nous pousse à réfléchir et voir au delà de cette apparente candeur. L’enfance est faite de ces questionnements qui ont tendance à se perdre chez l’adulte, ce qui conduit trop souvent les Hommes à reproduire sans réfléchir. Alors, pour stimuler la réflexion, pour que demain ne soit pas une bête copie d’hier, pour que l’humain soit meilleur, allez découvrir et partagez cet album.


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Marie Fradette Marie le 2 octobre 2016.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La fenêtre de Kenny
Maurice Sendak
Marie Fradette Marie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Gargantua (adaptation de Christian Poslaniec)
Gargantua (adaptation de Christian Poslaniec)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La fenêtre de Kenny
Maurice Sendak