Les grandes jambes

 
  • Jean-François Tremblay a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Jean-François Tremblay a aimé ce livre
Billet rédigé par Jean-François Tremblay, enseignant

À son collège français, Marion vit son adolescence, accompagnée de sa meilleure amie Charlotte, de sa passion pour le dessin et de son emballement pour le beau Grégory. Si seulement elle pouvait avoir l'air moins ridicule dans son jean, toujours trop petit pour ses trop longues jambes! Un jour, une nouvelle palpitante vient chambouler son quotidien : un voyage scolaire aura lieu à Amsterdam. Sont prévus, entre autres, un tour du musée Rijkmuseum, afin d'apprécier Rembrandt et d'autres artistes peintres, et une visite de la maison de la célèbre Anne Frank, victime juive du nazisme. Ce voyage pourrait bien la transformer et bousculer certaines de ses priorités…

Les grandes jambes est un roman réaliste qui se déroule à l'époque actuelle. Les scènes quotidiennes y côtoient certaines qui approfondissent – assez brièvement – l'histoire de l'art et l'Holocauste. Ce roman grand public pourra plaire aussi bien aux adolescents férus de romans réalistes qu'à ceux qui sont intéressés par ces deux derniers sujets.

Mon avis

Marion est une adolescente comme bien d'autres, et c'est probablement ce qui rend le récit si authentique. Entre les détails de sa vie sociale, scolaire et amoureuse, sa narration est ponctuée de réflexions diverses plutôt divertissantes, qui dévoilent autant sa normalité que sa singularité, dépeignant son charme, ses complexes et son ridicule (comme toutes ses statistiques sur les mensurations, qui amplifient l'impression de son obsession). Franchement, le personnage est bien développé, et on s'y attache autant pour ses qualités que pour ses défauts.

En refermant le livre, il apparait clair qu'en présentant sans détour les angoisses et pensées quotidiennes de son personnage principal, Sophie Adriansen a souhaité faire une critique de la banalité et de l'égocentrisme que représentent plusieurs préoccupations principales courantes de l'être humain. Le lecteur le voit venir assez vite! Sans rejeter complètement le ridicule, Marion finit par apprendre à le tempérer, entre autres suite à des discussions plus profondes et aux expériences spirituelles vécues à la cachette d'Anne Frank et devant sa toile préférée de Rembrandt. Ces deux scènes sont par ailleurs décrites longuement et avec beaucoup d'intensité! Malgré la rapidité de l’évolution du personnage, qu'on peut facilement pardonner à l'auteure étant donné la brièveté du roman, le tout reste beau et inspirant, sans être trop kitsch. Son filon principal, soit l'épanouissement intellectuel, social, spirituel et artistique de l'adolescente à travers la rencontre avec l'Histoire, n'est pas dépourvu d'originalité!

Merci aux éditions Slalom pour le roman!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Jean-François Tremblay le 25 octobre 2016.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Les grandes jambes
Sophie Andriansen
Jean-François Tremblay a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Les grandes jambes
Sophie Andriansen