Chroniques post-apocalyptiques d'une enfant sage

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Chroniques post-apocalyptiques d'une enfant sage
  • Auteur : Annie Bacon,
  • Éditeur : Bayard Canada
  • Année de publication : 2016
  • Nombre de pages : 120 pages
  • Niveau de difficulté : débutant
  • Public cible : 10 ans et plus
  • Genres : Science-fiction, Dystopie
  • Mots-clés : Solitude, Livre, Survie,
Sophie a aimé ce livre

Écoutez Annie Bacon lire un extrait du livre :

Quand son père referme sur Astride la porte du réfrigérateur, l’empêchant de sortir la tête de l’eau, la jeune adolescente pense qu’elle a dû faire quelque chose de vraiment très grave pour être punie à ce point. Mais elle se rend bien vite compte que ses parents lui ont en fait sauvé la vie. Comme tous ceux complètement immergés au moment du choc neurotronique, Astride a survécu. L’adolescente doit toutefois apprendre à vivre seule et à se débrouiller dans une ville où les violences ne tardent pas à éclater. Cherchant un refuse sécuritaire, elle se dirige vers la bibliothèque de son quartier.

Les chroniques post-apocalyptiques d’une enfant sage est un roman de science-fiction court. S’attardant davantage à la psychologie qu’à l’action, Annie Bacon aborde les thèmes de la famille, de la solitude, de la survie et des valeurs dans un texte qui est accessible à tous les lecteurs.

Mon avis

Après Victor Cordi, Annie Bacon s'en va tout à fait ailleurs avec ce très court roman. Elle plonge dans un univers dystopique ancré sur le Plateau-Mont-Royal, plus spécialement à la bibliothèque du Plateau, qui devient le refuge d’Astride. À l’image de son titre, l’héroïne est sage et détonne dans le monde des dystopies où l’action est survitaminée. Ici, on est davantage dans la psychologie, dans le choc de l’adolescente qui se retrouve à devoir survivre seule et qui veut rester fidèle à ses valeurs. Si les lecteurs friands d’Hunger Games et de Divergente pourraient trouver qu’il manque de rebondissements (et il faut bien admettre qu’on en aurait pris un tout petit plus), la douceur de l’auteure est tout à fait rafraichissante et peut permettre d’aller rejoindre un nouveau public.

Par ailleurs, la forme du roman est intéressante. D’abord dans sa construction, avec des retours en arrière qui permettent de comprendre peu à peu ce qui s’est passé et des incursions dans la réalité d’autres survivants, puis dans les phrases d’Annie Bacon auxquelles la mise en page aérée donne la forme de vers libres. Joli !


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 26 octobre 2016.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Chroniques post-apocalyptiques d'une enfant sage
Annie Bacon,
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Marque (La)
Marque (La)
Vie étonnnante d'Ellis Spencer (La)
Vie étonnnante d'Ellis Spencer (La)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Chroniques post-apocalyptiques d'une enfant sage
Annie Bacon,