La plus grande peur de ma vie

 
  • Jean-François Tremblay Jean-François a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Jean-François Tremblay Jean-François a aimé ce livre

Billet rédigé par Jean-François Tremblay, enseignant

David en a lourd sur la conscience. L'adolescent français, qui rêve de devenir écrivain, choisit de mettre en mots les idées qui le tourmentent. Il soigne sa façon d'introduire les choses, se présente, prend des détours, et en vient finalement aux faits : Jordan, Lalie, Norbert et lui ont trouvé une vieille grenade dans un manoir tombant en ruines. Si ce n'était que cela, David ne serait pas préoccupé à ce point. La suite de l'histoire donne des frissons dans le dos : Norbert a décidé d'aller récupérer l'arme trouvée et de l'apporter à l'école…

La plus grande peur de ma vie est un roman réaliste qui traite des responsabilités et des conséquences de ses choix au sein d'une gang d'adolescents fréquentant l'école secondaire. Il y est aussi question d'intimidation et de réaction face à celle-ci. Le livre convient à tout lecteur de 12 ans et plus.

Mon avis

David, le narrateur, prépare son approche. En les accrochant dès le départ, il explique à ses lecteurs, tout doucement, ce dont il est question. La langue est belle et ses histoires sont appuyées par quelques calligrammes, fort bien réussis. Il y décrit efficacement ses amis, ses ambitions, son quotidien et, à travers tous ces chemins, on espère qu'il arrive finalement à ce pour quoi on sait qu'il prépare le terrain depuis des pages : la plus grande peur de sa vie, soit la grenade trouvée au manoir, que Norbert a apportée à l'école.

Au fil des digressions, mon intérêt commençait à décliner. Les propos sont amenés de façons intéressantes et les sujets importent (réfugiés politiques, difficultés scolaires, etc.), mais les idées secondaires ponctuent trop lourdement le texte, et on s'éloigne constamment. Puis, surprise! Au détour d'évènements narrés sur de l'intimidation, environ à la moitié du roman, l'auteur surprend. Coup de poing. Là, le lecteur comprend les détours. Là, la réflexion s'impose. « Quoi faire? » La question est lourde de conséquences… La fin est dure, mais mise sur l'espoir ainsi que la solidarité amicale et familiale. Et si la famille et les adultes finissent par jouer un rôle important, le mot de la fin revient légitimement aux adolescents et à ce qu'ils peuvent faire de plus beau et de plus courageux. Bravo!

Merci à l'école des loisirs pour le roman!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Jean-François Tremblay Jean-François le 15 mars 2017.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La plus grande peur de ma vie
Éric Pessan
Jean-François Tremblay Jean-François a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Eux
Eux
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La plus grande peur de ma vie
Éric Pessan