21 jours en octobre

 
  • Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a apprécié ce livre
Se passant durant la Crise d'octobre qui a eu lieu au Québec en 1970, cette histoire met en scène Gaëtan, un adolescent de quinze ans qui a grandi dans un quartier pauvre de Montréal. Pour aider sa famille à arriver, il a commencé cette année-là à travailler dans une usine et il hésite entre un rôle d'enfant soumis à sa mère et à celui d'un homme capable d'aller boire une bière à la taverne du quartier.

Les événements d'octobre le plongent dans l'âge adulte, lui ouvrant des horizons inconnus. D'abord, son meilleur ami est arrêté et gardé en prison à cause de la Loi exceptionnelle des mesures de guerre, puis il participe à des rassemblements sur les actes des felquistes et il rencontre Louise, une jeune étudiante du Cégep du Vieux-Montréal impliquée dans ce qui se passe et qui lui ouvrira les yeux sur son monde et sa réalité. Il voit alors d'un autre oeil la révolte de son père, la destruction de son quartier et l'anglais qui prend de plus en plus en place et, par sa prise de conscience, montre le véritable sens des événements de la Crise d'Octobre.

C'est un roman historique qui montre les différents événements ayant causé la Crise d'octobre, mais c'est aussi un magnifique éloge à la langue française et au besoin de sauvegarder cette culture, un thème toujours d'actualité.

Mon avis

L'écriture est fluide et, si l'intrigue n'est pas captivante au sens de la quête d'un héros, il est très intéressant de découvrir les événements d'octobre selon le regard d'un adolescent, jeune membre de ce peuple canadien français de cheap labor. Avec lui, on découvre le contexte social, le sentiment de révolte qui couve, le besoin de s'informer. On sent d'ailleurs la documentation derrière le roman avec les nombreux détails dont l'auteure nous nourrit, mais ce n'est pas pesant.

On peut facilement s'identifier à Gaëtan et vivre à ses côtés les 21 premiers jours des mesures de guerre qui l'amènent à s'ouvrir les yeux sur la réalité de ce qu'il est et de ce qu'il désire pour ceux qu'il aime. J'ai particulièrement aimé dans les dernières pages le passage où il assiste à un discours de Gaston Miron sur la langue française et l'importance d'en conserver la structure pour ne pas s'aliéner.

C'est un excellent livre pour les adolescents curieux de leur passé et qui veulent comprendre les événements marquants de notre Histoire. Pour lecteurs intermédiaires et avancés toutefois!

Pour les plus jeunes, Mesures de guerre d'André Marois est aussi paru chez Boréal jeunesse et, si je ne l'ai pas lu, j'en ai entendu que du bien! 

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 17 mai 2011.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

21 jours en octobre
Magali Favre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
21 jours en octobre
Magali Favre