La fille qui mentait pour vrai

 
  • L'auteur de ce billet a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Fille qui mentait pour de vrai (La)
  • Auteur : Catherine Grive
  • ISBN : 9782812615153
  • Éditeur : Rouergue
  • Année de publication : 2018
  • Nombre de pages : 140 pages
  • Niveau de difficulté : débutant
  • Public cible : 13 ans et plus
  • Genre : Psychologie
  • Mots-clés : Genre, Famille, Mensonge
L'auteur de ce billet a apprécié ce livre

Kim ment. Elle ment pour embellir la vérité, pour se rendre intéressante, pour faire rire, pour ne pas faire de peine, pour se faire aimer. À travers ses versions d’elle, la vie semble plus facile, du moins tant que personne ne s’en rend compte. Mais son univers est instable. Avec sa meilleure amie qui doute de ce qu’elle raconte, son père camionneur qui est parti depuis très longtemps dans les pays nordiques et sa mère qui semble éviter les réponses, l’adolescente se questionne. Et si on lui mentait à elle aussi ?

Abordant le thème du mensonge, sous toutes ses formes, Catherine Grive propose avec cette courte plaquette un récit assez lent, davantage porté sur la psychologie de l’action, qui parle aussi de famille, de confiance et de résilience.

Mon avis

Catherine Grive nous a habitués à des romans doux, d’ambiance, qui laissent toute la place aux questionnements de l’adolescence et à ses petits et grands tourments intérieurs. Encore ici, de nombreux lecteurs pourront se reconnaitre dans ce récit, dans ces facilités qu’on se permet au quotidien et qui ne nous semblent pas graves, mais qui s’accumulent et sèment le doute chez les proches.

Par ailleurs, l’autrice aborde aussi la question de genre au fil de son récit : Kim est un « garçon manqué », avec ses cheveux courts, sa dégaine, au grand désespoir de sa mère, qui se sent toujours le besoin de corriger les gens qui se trompent au magasin. Mais cela rapproche Kim de son père. Au fil du texte, on découvre le sentiment de complicité qui les unit et cela donne d’autant plus d’impact à l’absence de celui-ci, ajoutant en plus une petite dose de suspens au récit : où est-il ? Que cache la mère ?

En bref ? Une histoire tout en douceur, en sensibilité, sur nos racines, sur ce qu’on raconte, sur ce qu’on devient.  


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié L'auteur de ce billet le 15 août 2018.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La fille qui mentait pour vrai
Catherine Grive
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La fille qui mentait pour vrai
Catherine Grive