Un jour, une étoile

 
  • Geneviève Bossé a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Geneviève Bossé a aimé ce livre
Billet rédigé par Geneviève Bossé, enseignante

C’est sans pouvoir réagir que Saru voit les maraudeurs s’emparer de son frère. C’est ce qui arrive aux citoyens de M’martre lorsqu’un des leurs atteint 6 570 matins. Toutefois, Saru ne se doute pas que cet évènement en entraine un autre. Une capsule atterrit près de lui et ce qu’elle renferme le laisse sans voix : deux étranges créatures totalement différentes de son peuple. L’une d’elles capte tout de suite l’attention du jeune homme. Il reconnait, sous l’armure qu’elle porte, une féminité qui le trouble. Lorsqu’elle s’adresse à lui, Saru réalise que sa vie vient de changer. Le temps est compté et ce qui attend son peuple est inquiétant. La présence de Maïa, la créature, n’est pas étrangère à tous ces bouleversements...

Un jour une étoile est un récit de science-fiction dense dans lequel l’auteur utilise une langue riche et poétique. À noter que certains passages décrivent l’attirance sexuelle qui existe entre les deux personnages principaux, ce qui pourrait choquer les plus jeunes lecteurs.

Mon avis

Je ne suis pas une amatrice de science-fiction, mais j’aime sortir de ma zone de confort. Dès les premières pages du roman de Jean-Luc Marcastel, j’ai été séduite par ses mots. Les procédés littéraires qu’il intègre au propos tout au long de l’histoire emmènent le lecteur dans un univers poétique qui se marie parfaitement à la science-fiction. Les passages descriptifs regorgent de métaphores et de figures d’insistance qui donnent beaucoup de poids aux sentiments vécus par Saru et Maïa. On se laisse bercer par ce récit où l’amour est plus fort que les différences et dont le coeur est la survie de l’espèce : la lutte est engagée et tous doivent participer au sauvetage de l’Arche, le vaisseau qui transporte les survivants. Les deux personnages principaux déploient toutes leurs forces et leur ingéniosité pour y parvenir. C’est une belle leçon de courage et de ténacité. D’ailleurs, bien que la relation entre Saru et Maïa se déroule dans un avenir plus que lointain, on ne peut s’empêcher de penser à ce qui attend notre planète.

Un jour une étoile plaira aux lecteurs intermédiaires qui apprécient une langue riche autant que la science-fiction.

Merci aux éditions Gulfstream pour le service de presse!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Geneviève Bossé le 3 octobre 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Un jour, une étoile
Jean-Luc Marcastel
Geneviève Bossé a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Ère de l'expansion (L')
Ère de l'expansion (L')
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Un jour, une étoile
Jean-Luc Marcastel

— Publicité —