Après la pluie

 
  • Gaëlle a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Gaëlle a aimé ce livre
Billet rédigé par Gaëlle Guilleaume, libraire spécialisée en mangas

Akira Tachibana a 18 ans et travaille dans un Family Restaurant en plus de suivre ses cours au lycée. Très vite, elle tombe amoureuse de Masami Kondô, le patron, qui a pourtant 45 ans. Bien que flatté par les sentiments de la jeune fille, ce père célibataire ne sait pas comment réagir face à cette situation assez atypique.

Après la pluie est un manga de type seinen qui, grâce à la romance de ses deux personnages, aborde la manière dont l’amour et les relations évoluent avec l’âge. Ce manga est adapté aux lecteurs débutants dès 13 ans. La série est terminée et compte 10 tomes.

Mon avis

Avec un sujet pareil, Après la pluie aurait pu vite devenir un manga lourd, voire glauque. Ce n'est toutefois pas le cas et Jun Mayuzuki nous sert ici une histoire pleine de poésie, de douceur et de réalisme. Les deux personnages sont très bien construits et détaillés, tout comme leur relation, que la mangaka prend son temps à mettre en place. Ce n'est donc pas une romance qu'Après la pluie met en scène, mais bien l'évolution d'une rencontre et d'une relation entre deux personnes que tout oppose. Si certaines situations cocasses prêtent à rire, le manga ne porte jamais de regard moralisateur sur ses personnages et se veut même bienveillant.

Cette relation plus qu'anodine nous amène même à réfléchir au sens de la vie et des relations. Akira Tachibana sort tout juste de l'adolescence et a encore toute la vigueur et la folie de la jeunesse, celles qui poussent à aimer de tout son être et à donner sans compter et sans réfléchir. À l'inverse, Masami Kondô a déjà vécu la moitié de sa vie, il a déjà aimé, a connu le mariage et la paternité. Cette folie, cette jeunesse, il les a perdues au fil des années. À travers leur histoire, la mangaka aborde ainsi la manière dont l'amour, la vie et les relations sont perçus et vécus différemment en fonction de l'âge, mais également du passif des protagonistes. On touche également à la nostalgie de la jeunesse révolue, à l'envie de récupérer les années perdues et, pourquoi pas, de recommencer à zéro.

Le dessin tout particulièrement fin et délicat de Jun Mayuzuki aide également la douceur du récit. Son histoire est simple, la relation entre ses personnages aussi, alors elle n'a pas toujours besoin de beaucoup de mots pour les décrire. Les planches sans textes s'intercalent ainsi avec une facilité déconcertante dans le récit. Ici aussi, Jun Mayuzuki prend son temps et n'hésite pas à répéter des cases quasiment identiques pour nous transmettre les émotions de ses personnages avec le plus de justesse possible. Quant aux personnages et aux décors, ils sont travaillés avec beaucoup de soin et nous offrent un ensemble très harmonieux et très doux. Et la douceur est à nouveau le terme idéal pour décrire cette petite tranche de vie dont on ne se lasse pas.


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Gaëlle le 2 novembre 2019.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Après la pluie
Jun Mayuzuki
Gaëlle a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Après la pluie
Jun Mayuzuki

— Publicité —