Je te plumerai la tête

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a aimé ce livre

Lilou a toujours été très près de son père. Presque tous ses souvenirs d’enfance sont liés à lui, à ses grands rires, à leur complicité. Quand son « papa Lou » lui conseille de rentrer tout de suite à la maison après les cours, elle sait que c’est pour son bien. Quand il lui suggère de rester éloignée de sa mère malade, elle sait qu’il a raison. Après tout, sa mère ne l’appelle d’ailleurs jamais alors qu’elle a son numéro et que l’adolescente vit une fin d’année stressante. Mais le jour où Lilou suit son impulsion et passe à l’hôpital, elle se rend compte que sa vérité n’est peut-être pas la bonne. Et que son père, qui joue le mari plein de bonnes attentions, pourrait lui mentir. Non, sa mère ne semble pas avoir perdu la tête, au contraire. Mais Lilou n’a pas le temps de comprendre pourquoi son père a voulu l’éloigner de sa mère avant que la maladie l’emporte. Et dans son deuil, elle doit faire face à celui qui l’incite à prendre plusieurs décisions rapidement. Comment sortir de la toile qu’il a patiemment créée autour d’elle ?

Claire Mazard s’intéresse à la perversion narcissique avec ce roman qui est construit comme un thriller psychologique et qui met en scène une adolescente manipulée depuis sa toute petite enfance. À la fois touchant et révoltant, ce récit vise les lecteurs intermédiaires et avancés.

Mon avis

« Quand j’étais gamine, parfois, il se mettait en colère contre moi. Le voir contrarié me déclenchait des maux de ventre terribles, et même des vomissements. Mais je dois le reconnaitre, à chaque fois, c’était pour mon bien. »

La perversion narcissique a fait l’objet de plusieurs articles et vidéos dans les derniers mois, mais quoi de mieux qu’un livre pour permettre de bien comprendre ses mécanismes et son fonctionnement. Claire Mazard relève le défi avec brio dans ce pavé qui comporte quelques longueurs, mais qui démontre efficacement comment il est difficile pour celui qui est pris au piège de se rendre compte des manipulations du pervers narcissique, encore plus quand c’est son propre père. On excuse tout, on pardonne tout, on comprend tout. Ou rien du tout, en fait, parce qu’on ne voit pas les mécanismes derrière….

C’est un récit rempli d’émotions, qui montre toutes les étapes par lesquelles Lilou passe, de l’admiration sans bornes au détachement final en passant par la colère, la tristesse, la dépression même, l’incompréhension. Si on ne tombe pas dans le didactique (sauf à la toute fin, où tout est un peu trop « expliqué »), on comprend néanmoins que Claire Mazard a dû faire de nombreuses recherches pour coller le plus près à la réalité et ça fonctionne : on y croit de A à Z. L’autrice a aussi pris soin de mettre sur la route de Lilou des personnages extérieurs importants qui pourront l’aider au fil de ses prises de conscience, mais en montrant aussi que ceux-ci ne peut rien pour l’adolescente tant qu’elle n’amorce pas un détachement elle-même. Le père a en effet tout prévu, il a des réponses à tout, il détourne les comportements de chacun à son profit. Terrifiant !

En bref ? Un roman qui divertit tout en faisant œuvre utile. Parce qu’il faudrait en effet arriver à se rendre compte des pervers narcissiques qui nous entourent.  

Merci à Syros pour le service de presse !

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 19 mars 2020.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Je te plumerai la tête
Claire Mazard
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Je te plumerai la tête
Claire Mazard