Le placard

 
  • Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a apprécié ce livre

Lorsqu’elle découvre son attirante pour les filles alors qu’elle a douze ans, Léa fait tout pour la refouler. Refusant cette orientation sexuelle qu’elle ne trouve pas normale, elle garde pour elle son penchant pour son entraineuse au gym, créant du même coup une distance entre elle et ses amis, sa famille.

Cinq ans plus tard, elle cherchera la normalité dans les bras de Sébastien, un ami de son meilleur ami Alexis, mais les rencontres d’Émilie, puis de Frédérique, ne lui donneront pas d’autre choix que d’accepter la vérité. Léa est lesbienne, qu’elle le veuille ou non. Frédérique, son ainée de trois ans, tentera d’ailleurs de l’aider à s’accepter et lui fera découvrir le bonheur de l’amour, mais réussira-t-elle à faire en sorte que Léa cesse de vivre dans le mensonge?

Roman réaliste qui aborde le thème de l’homosexualité adolescente selon le point de vue d’une jeune fille qui se juge durement et pense que son entourage la reniera si elle dévoile la vérité, Le placard montre que, même dans une société de plus en plus ouverte, les tabous sont encore nombreux. Attention, publié dans la collection Tabou, ce premier roman de Kim Messier s’adresse à un public de 14 ans et plus, notamment en raison de la sexualité qui est présente.

Mon avis

Questions à Kim Messier !

Comment est né le désir de parler de l'homosexualité féminine?

J'ai eu le désir de parler d'homosexualité dans mon roman, car je me suis aperçue, en tant qu'enseignante de français en 3e sec., qu'il y avait peu de roman traitant de ce sujet au niveau des filles. Comme je fais un projet pour contrer l'homophobie dans le cadre des mes cours, je me suis dit qu'il serait utile pour les profs d'avoir la possibilité d'acheter un roman sur l'homosexualité féminine qui retrace toutes les étapes par lesquelles passe une adolescente qui se découvre lesbienne et je voulais surtout écrire un récit captivant pour des adolescentes en questionnement quant à leur orientation sexuelle et leur entourage. Avec ce récit, je souhaite vraiment aider les jeunes et leur famille.

Avez-vous parlé à des adolescentes qui vivent cette réalité pour vous inspirer?

Pour écrire cette histoire, j'ai lu des témoignages sur des forums, mais j'ai surtout suivi beaucoup de formations sur le sujet, comme le cours Homosexualité et société de Line Chamberland. Je voulais m'outiller pour réellement entrer dans la vie d'une jeune lesbienne au niveau des émotions et des questionnements. De plus, grâce à ces formations, je suis capable de répondre à la plupart des questions des ados sur le sujet. Par contre, tout le récit est complètement fictif et j'ai créé les personnages de toutes pièces. Ce roman est la concrétisation de mon rêve de petite fille : la publication de mon 1er roman. J'ai d'autres projets en vue, mais ils sont secrets pour l'instant.

Je suis restée sceptique un long moment devant ce roman. Tentée par le thème, dont j’ai adoré le traitement dans La fille qui rêvait d'embrasser Bonnie Parker, j’ai été déstabilisée par l’approche très critique, même bourrée de préjugés, de Léa avec elle-même. Peut-être est-ce parce que je suis entourée d’adultes et d’adolescents très ouverts sur la question, mais j’avais l’impression que c’était un peu exagéré. Puis, en ayant parlé autour de moi, je me suis rendu compte que non, ce n’est toujours pas si simple d’accepter son homosexualité et que, oui, il y a toujours beaucoup de tabous qui font en sorte que, lorsqu’une adolescente découvre sa « différence », elle peut avoir tendance à vouloir l’étouffer. Du coup, le roman me parait très pertinent. Qui sait, en se reconnaissant en Léa, peut-être que davantage de personnes oseront sortir du placard.

Petit bémol toutefois, j’ai eu l’impression que plusieurs pistes étaient lancées, par exemple la distance que prend son meilleur ami Alexis avec Léa quand elle lui sert un mensonge à propos de Sébastien, et auraient pu être intéressantes, mais qu’elles ont été laissées à l’abandon. La fin aussi est un peu brusque. C’est beau de voir Léa enfin accepter ce qu’elle est, mais il me semble que l’idée du roman tournait aussi autour de son incapacité à faire face aux regards des autres et rien ne semble réglé de ce côté dans les dernières lignes. La table est-elle mise pour une suite? À voir!

En attendant, pour vous tenter, voici la très chouette bande annonce du roman! 

 

Pour lire un extrait du livre, c'est ici !

Sur le même sujet, vous pourriez être tenté par Zone floue et La fille qui rêvait d'embrasser Bonnie Parker.

Merci aux éditions de Mortagne pour le roman!


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 20 août 2012.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Le placard
Kim Messier
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Naomie (06.05.13 à 23 h 19)

Salut Kim, J'aimerais bien savoir quand est-ce que ton livre sur l'homosexualiter entre garçon devrais sortir. Une autrice est venue à mon école et elle a écris un ou deux livre pour tabou ''Marilon Addison'' Je ne sais pas si tu la connais mais c'est elle qui m'en à parler quand je lui est proproser cette sorte de livre. J'espere que tu me répondras,aurevoir !
erika (29.11.13 à 23 h 30)

se livre a l air bon parce que sa parle d une réaliter malheureusement qui existe mais tous le monde est différent

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Le placard
Kim Messier