Nos étoiles contraires

 
  • Sophie a adoré ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a adoré ce livre

Hazel Grace a un cancer en phase terminale depuis des années, cancer qui est stoppé dans sa progression par un nouveau médicament miracle, mais qui ne régressera jamais. Elle vit donc sur du temps emprunté, surprotégée par ses parents et de plus en plus solitaire depuis qu’elle a quitté le lycée pour poursuivre sa scolarité à la maison. Son seul véritable contact avec le monde extérieur est un groupe de soutien pour jeunes vivant avec la maladie ou étant en rémission et c’est dans ce groupe qu’un jour elle fait la connaissance d’Augustus Walter, un adolescent avec qui elle a en commun l’amour des métaphores et de la littérature. Ce dernier tombe tout de suite sous le charme de l’adolescente peu banale, mais celle-ci résiste, refusant de blesser un être humain de plus lorsqu’arrivera la mort. Heureusement, Augustus a des ressources et beaucoup d’imagination…

Le cancer est très présent dans le récit, mais Nos étoiles contraires n’est pas un roman sur le cancer.  C’est plutôt un texte sur la rage de vivre et sur les liens que nous tissons et qui, inévitablement, se briseront au moment de la mort. Si le récit est captivant et pourrait garder attentifs des lecteurs plus faibles, John Green aime jouer avec les mots et manie l’ironie avec dextérité en plus de faire faire de nombreux détours à ses histoires. Pour lecteurs avancés, donc!

Mon avis

« J'ai l'impression d'être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser. Alors j'aimerais autant limiter le nombre de victimes ! »

Quel texte ! Les protagonistes ont une langue merveilleuse, font des métaphores délicieuses, se lancent des répliques délirantes, le tout en nous chavirant complètement le cœur. Difficile de ne pas avoir de coup de foudre…

J’ai déjà pu admirer le talent de John Green dans Le théorème des Katherine et Will & Will, mais il atteint ici des sommets dans l’art de raconter la vie telle qu’elle est, sans détour et sans gants blancs, mais avec une finesse incroyable et, surtout, un humour irrésistible. Il y a juste assez d’ironie dans les répliques croustillantes qui peuplent ce roman et font éclater de rire le lecteur, malgré le sujet si sensible du récit.

« Ne me lancez pas sur le sujet de mon corps parfait. Il faut éviter de me voir nu. Hazel Grace m’a vu nu et ça lui a coupé le souffle, a-t-il dit avec un petit signe de tête en direction de ma bombonne d’oxygène. »

Nos étoiles contraires, c’est une histoire de maladie, mais c’est aussi une histoire de vie, c’est une histoire d’amour, une histoire de persévérance. Les personnages sont criants d’authenticité, tant les jeunes atteints de ce terrible cancer que les adultes qui doivent voir leurs enfants souffrir et mourir. Les parents d’Hazel, entre autres, sont vraiment humains dans leurs peurs et les conversations qu’ils ont et que leur fille surprend permettent de mieux saisir toute l’horreur que doit être la maladie de son enfant. Hazel aussi m’a vraiment plu, héroïne ordinaire très lucide sur sa réalité et sans faux espoir sur son avenir, mais qui arrive à être si vivante entre les lignes.

Et puis Augustus Walter… Oui, je reproche souvent aux personnages masculins d’être trop parfaits pour sembler réels et Augustus Walter est très très près de la perfection. En effet, difficile de ne pas tomber amoureuse de ce jeune homme au langage parsemé de métaphore dont l’imagination et l’entêtement sont surprenants. Toutefois, l’adolescent échappe à cette critique grâce à son histoire, puisqu’il porte en lui nombre de cicatrices qui expliquent son caractère et le rendent plausible.

En conclusion, un seul avertissement, si Hazel et Augustus n’aiment pas le pathos et refusent d’y tomber, sortez tout de même vos mouchoirs… 

Si vous avez aimé, vous pourriez avoir envie de découvrir Toute la vie et Quelques minutes après minuit

Merci aux éditions Nathan pour le livre! 


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 4 mars 2013.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Nos étoiles contraires
John Green
Sophie a adoré ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Quelques minutes après minuit
Quelques minutes après minuit
Théorème des Katherine (Le)
Théorème des Katherine (Le)
Toute la vie
Toute la vie
Will & Will
Will & Will
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

LOVE.LOVE  (14.02.15 à 00 h 13)

Nos étoiles contraires est un livre parsemé de citation les plus fascinantes et belles, ce qui rend la livre, à mon sens, fantastique. John Green a ce talent fou de rendre quelque chose d'énormément triste joyeux, tout en gardant le sens un peu plus malheureux au livre, la maladie.

Ce livre est a ne pas manqué, il est 10 fois meilleurs que le film!!!

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Nos étoiles contraires
John Green