La corde à linge

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Corde à linge (La)
  • Auteur : Max Férandon
  • ISBN : 9782923342894
  • Éditeur : La Bagnole
  • Année de publication : 2013
  • Nombre de pages : 176 pages
  • Niveau de difficulté : intermédiaire
  • Public cible : 12 ans et plus
  • Genre : Fleuri
  • Mots-clés : Vacances, Internet
Sophie a aimé ce livre

Quand ils arrivent dans le petit village de Champfleury pour passer leurs vacances dans la maison de campagne que leurs parents viennent d’acheter, Juliet et Liam sont surpris de voir que le village semble être figé dans le temps. En effet, internet ne se rend pas dans le village puisque le géant du câble refuse d’y amener la technologie. Rien n’arrête cependant les adolescents qui décident de faire passer internet et ses merveilles par le fil d’une corde à linge, chamboulant ainsi le quotidien de tous les habitants du village. L’entreprise sera toutefois plus surprenante que prévu, car ce n’est pas que l’avenir qui ouvrira ses portes, mais bien une dimension inattendue : le passé !

La corde à linge est un roman fleuri, pas pour la vulgarité du langage, mais pour l’originalité et l’inventivité du vocabulaire employé ainsi que pour les thèmes abordés. Il y est question du chamboulement que provoque l’arrivée d’internet, mais aussi de l’importance des souvenirs, de l’espoir, de vie, tout simplement. Riche en histoires « dans les histoires » et en digressions, ce roman peut être difficile à suivre pour les lecteurs.

Mon avis

Questions à Jennifer Tremblay, directrice littéraire !

La corde à linge sort vraiment ce qu'on a l'habitude de voir en littérature jeunesse il me semble. Pourriez-vous me dire ce qui vous a attiré dans ce récit?


Au départ j'aimais la personnalité de Max, et son travail. C'est quelqu'un de tellement léger, fantaisiste, et sensible en même temps. On dirait au départ une bulle de savon qui flotterait au soleil, mais on se rend compte après coup à quel point cette bulle est résistante aux chocs...


Quand j'ai lu la première version de son roman, ce qui m'a le plus éblouie, ce sont toutes les libertés qu'il prend. Max invente des mots quand il ne trouve pas ceux qui lui conviendraient. Il se permet d'incroyables digressions, qui me font tellement rire... Il tisse des liens langagiers, philosophiques ou poétiques qui illuminent la trame du livre. Avec Max, tout est possible parce qu'il sait rendre l'impossible, possible. Vous voyez comme je suis admirative? Après avoir lu La Corde à linge, on aime un peu plus la vie.

« Quand les parents et Liam et de Juliet mesurèrent l’ampleur de la situation, ils devinrent terriblement embarrassés que leurs enfants chéris aient été les auteurs innocents d’un tel chambardement. Un conseil d’administration familial eut lieu sans tarder dans la cuisine des Lindsay, et l’on se doute bien que le sujet du jour ne porta pas sur les crêpes aux fruits ni sur la couleur des murs de la future salle de bain.

- Nous sommes venus ici pour vivre à la campagne, pas pour mettre le feu à deux mille ans d’Histoire! »

Le moins qu’on puisse dire, c’est que La corde à linge est un roman décoiffant dans lequel le plaisir de lire se vit en chemin et non pas dans l’attente de la destination. En effet, l’action est finalement peu présente dans ce récit qui est un véritable festival de la digression et où le moindre mot est un prétexte à une nouvelle histoire dans l’histoire. Avec Liam et Juliet, à travers la voix des habitants qu’ils rencontrent, le lecteur découvre un roman au paysage riche, composé des mœurs des Anglais versus celles des Français, de l’histoire du village, des motivations des jeunes, des espoirs de chacun et des rêves des autres.

Deux bémols toutefois. D’abord, en voulant faire un roman qui respire le bonheur, l’auteur a choisi de rendre ses « méchants » un peu ridicules. Oui, la première fois que j’ai croisé Lobo et Tommy (oui, oui), j’ai rigolé. Mais j’aurais aimé qu’ils soient un peu plus brillants et que leur patron ait un peu plus d’intelligence afin qu’on puisse les prendre au sérieux. Le reste m’a semblé plus profond et j’aurais aimé que ces personnages ne cassent pas cette ambiance. Ensuite, je dois dire que je n’ai pas compris le besoin de mettre des notes en bas de page indiquant systématiquement les mots inventés de l’auteur. Si je trouve que cette particularité de la collection Gazoline est utile lorsqu’on croise des mots complexes pour les lecteurs, je l’ai ici trouvée superflue et presque dérangeante.

Cependant, malgré ces petits désagréments passagers, je dois dire que je me suis délectée de la plume de l’auteur. Max Férandon dit dans le dossier Gazoline qui accompagne le texte qu’il aime les auteurs du dix-neuvième tels Alexandre Dumas dans les Trois mousquetaires ou encore Alphonse Daudet et ses Lettres de mon moulin et cela se ressent dans son écriture qui se rapproche plus de celle de ces hommes que de celle qu’on a l’habitude de lire en ce vingt-et-unième siècle. Oui, le langage est fleuri, inventif, mais aussi recherché, habité, mais, il faut l’avouer, pas toujours facile à suivre. En fait, le roman en entier n’est pas si simple à saisir et il me semble qu’il faudrait plusieurs lectures pour en saisir toutes les bribes. Et gare à la rêvasserie! Il suffit de quelques mots pour changer d’univers et une absence d’un seul paragraphe peut causer un manque de compréhension momentané de la joyeuse épopée dans laquelle nous entrainent les deux héros.

En bref? Un texte estival et coloré, mais une lecture qui demande de la concentration !

Pour en découvrir davantage sur la collection Gazoline, lisez l'entrevue que m'a accordée Jennifer Tremblay

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par Le jardin des lions

Merci à la maison d'édition La Bagnole pour le roman!


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 9 avril 2013.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

La corde à linge
Max Férandon
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Jardin des lions (Le)
Jardin des lions (Le)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
La corde à linge
Max Férandon