Le bleu est une couleur chaude

 
  • Sophie a adoré ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a adoré ce livre

À quinze ans, Clémentine pense que pour être normale il faut sortir avec des garçons. Voilà pourquoi elle accepte de fréquenter Thomas, un élève plus vieux du lycée qu’elle fréquente. Mais voilà, Clémentine se rend rapidement compte qu’elle n’est pas bien dans ses bras et que, une fois enroulée dans ses couvertures la nuit, ce n’est pas à lui qu’elle pense, mais bien à cette fille aux cheveux bleus croisée dans la rue. Quand elle retrouve Emma par hasard en suivant son ami dans un bar gai, Clémentine ne comprend pas cette attirance qui semble plus forte que tout et elle se met à lutter : contre elle-même d’abord, puis contre les préjugés des gens qui l’entourent…

Le bleu est une couleur chaude est une bande dessinée réaliste qui traite d’homosexualité féminine, oui, mais aussi d’un amour naissant à l’adolescence. Très artistique dans son traitement des images, de ces cases d’ombres et de lumières où seul le bleu se faufile en touches significatives, Julie Maroh écrit une histoire touchante qui brise des tabous. Les lecteurs intermédiaires et avancés s’y retrouveront facilement.

Mon avis

Il me manque de mot pour parler de cette magnifique bande dessinée qui met en images (et en couleurs!) des sensations parfois difficiles à décrire. Je suis dernièrement tombée sous le charme de La recrue qui traite d’homosexualité masculine, mais Le bleu est une couleur chaude est mon nouveau coup de cœur côté féminin. Cette bande dessinée est composée de scènes fortes, de moments clés, d’émotions faciles à saisir en regardant seulement le regard des personnages. Une bd magistrale…

Julie Maroh a utilisé beaucoup de doigté pour raconter cette histoire d’amour qui nait dans l’incompréhension de Clémentine. Au fil des cases, on découvre sa surprise quand elle comprend la teneur de ses rêves, son angoisse quand le téléphone ne sonne pas, sa frustration quand elle pense qu’Emma ne veut pas d’elle, son désarroi quand ses parents découvrent son orientation sexuelle.

D’ailleurs, la ligne du temps fractionnée, le récit débutant alors que Clémentine est morte et qu’Emma découvre son journal intime, ajoute à l’impact du récit.

En bref? Un bijou, tant dans sa trame narrative que dans les dessins ! 

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par Celle que je ne suis pas


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 1er octobre 2013.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Le bleu est une couleur chaude
Julie Maroh
Sophie a adoré ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Celle que je ne suis pas
Celle que je ne suis pas
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Jacinthe (01.04.14 à 21 h 54)

Merci pour cette magnifique découverte!
Andréanne (29.03.15 à 04 h 57)

Bonjour Sophie ! Merci pour cette superbe découverte, j'ai beaucoup aimé cette bande dessinée ! Mais le garçon que Clémentine fréquente se nomme Thomas et non Antoine, non ?

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Le bleu est une couleur chaude
Julie Maroh