Les petits orages

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a aimé ce livre

Depuis l’accident, la vie de Moses n’a plus jamais été pareille. Il doit gérer sa jambe paralysée, déjà, mais le plus difficile est de voir sa mère en fauteuil roulant, de sentir l’absence de regard de son père qui semble penser, tout comme lui, que tout est de sa faute. L’arrivée de Ratso, un Indien venu de la réserve de Pine Ridge vient toutefois bouleverser son quotidien. Les deux cohabitent par leur solitude, leurs démons intérieurs. Un jour, Ratso propose à Moses de l’accompagner sur la réserve pour aller voir sa sœur. Et ce voyage, épique, changera de nouveau tout…

Avec un roman psychologique porté par une écriture riche et mettant en scène des personnages authentiques, Les petits orages parle de résilience, des Lakotas, de l’incompréhension, de famille. Complexe, mais ponctué par l’humour, il peut rejoindre les lecteurs intermédiaires et avancés.

Mon avis

« On ne pouvait pas dire qu'on faisait vraiment premiers de la classe. J'aurais même dit que c'était exactement l'inverse. Un génie dans une voiture brinquebalante. Un handicapé au milieu des blés. Voilà ce que nous étions. Parfois la vie est aussi drôle qu'elle est triste. Exactement comme le ciel mélangé que l'on avait au-dessus de nos têtes. »

Après l’isolement de la Sibérie avec le magnifique Comme un feu furieux, Marie Chartres s’intéresse à un autre type de solitude avec ce roman qui, quoique traitant de sujets durs, illumine le lecteur. En effet, l’auteure parsème le récit d’un humour fin, parfois absurde, mais toujours terriblement efficace, et ses personnages grandissent au fil des pages, chacun trouvant en l’autre la force de reprendre espoir, de poursuivre la route. Ces deux atypiques d’adolescents abimés par la vie sont construit avec intelligence, par petites touches, et résonnent chez le lecteur. On y croit et on s’y attache, si bien que malgré une certaine lenteur dans certaines parties du récit, il est difficile de déposer son livre. On a envie d’être de ce voyage (un peu fou, notamment à cause de la vieille Volvo déglinguée dans laquelle ils sont partis) à travers les paysages américains que Marie Chartres rend si bien. C’est un roman sur la résilience et le vivre ensemble, une lecture qui reste et qui nourrit.

Merci à l'école des loisirs pour le roman et à Pierre-Alexandre Bonin pour la révision du billet!


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 22 juin 2016.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Les petits orages
Marie Chartres
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Comme un feu furieux
Comme un feu furieux
Premier qui pleure a perdu (Le)
Premier qui pleure a perdu (Le)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Les petits orages
Marie Chartres