Tous nos jours parfaits

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Tous nos jours parfaits
  • Auteur : Jennifer Niven
  • ISBN : 9782070663330
  • Éditeur : Gallimard
  • Année de publication : 2016
  • Niveau de difficulté : intermédiaire
  • Public cible : 13 ans et plus
  • Genre : Réaliste
  • Mots-clés : Dépression, Deuil, Amour
Sophie a aimé ce livre

Violet n’arrive pas à se remettre de la mort de sa sœur et, prise dans de sombres pensées, décide de monter sur le toit de son école pour en finir. C’est là qu’elle rencontre Theodore, adolescent rejeté parce que trop différent. Si c’est lui qui l’empêche de faire le grand saut, c’est elle que les élèves qui ont assisté au drame considèrent comme une héroïne, persuadée que c’est le « Fêlé » qui voulait attenter à ses jours. Violet refuse toutefois ce rôle et rejoint Théo dans son isolement. Ils se fréquentent davantage et, au fil des jours et d’un travail scolaire sur l’Indiana, l’adolescent parvient à redonner à Violet l’envie de vivre et de profiter de cette vie. Mais la dépression est une maladie sournoise et Théo est lui-même aux prises avec une mélancolie dévastatrice…

Jennifer Niven parle de dépression avec beaucoup de doigté dans ce roman atypique qui vise un public adolescent mature. Abordant aussi les thèmes du deuil, de la famille, de l’amour et du suicide, elle signe un texte fort en émotions, rythmé par l’alternance des narrateurs et accessible aux lecteurs intermédiaires et avancés.

Mon avis

Tous nos jours parfaits est le genre de roman qu’on aime beaucoup ou qui laisse complètement froid. Tout se joue sur l’attachement aux personnages, Violet et Theodore. Dans mon cas, celui-ci a si bien fonctionné que j’ai dû faire une pause de lecture lorsque j’ai eu terminé ce récit tellement ce qui y est remué est intense.

Si elle ne maitrise pas aussi bien l’art des rebondissements que John Green et que son récit est assez lent, Jennifer Niven possède une plume fluide et a créé un récit tout en équilibre entre le trop et le pas assez. En fait, même si la fin n’est pas celle souhaitée, elle est bien plus réaliste que de nombreux autres livres du même genre.

Le petit plus? Il faut lire les remerciements de Jennifer Niven à la fin du roman. Ses explications sur les raisons de cette histoire donnent encore plus de sens à la lecture. C’est décidément un roman coup de poing…


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 19 septembre 2016.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Tous nos jours parfaits
Jennifer Niven
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Année solitaire (L')
Année solitaire (L')
Évènement digne d'intérêt (Un)
Évènement digne d'intérêt (Un)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Kim Magloire (19.09.16 à 03 h 02)

Allo, depuis le temps que j'attendais la chronique de ce livre, je pensais qu'elle ne viendrait jamais !!! Mais le personnage masculin ne s'appelle t'il pas Finch au lieu de Théodore ? Ce fut une très bonne critique !!!
Kim Magloire (10.10.16 à 19 h 27)

Bon, je crois que je découvrirai le pourquoi du comment il s'appelle Théodore/Finch, quand je ferai la lecture de ce roman !!!

Sophie : Désolée Kim ! Il s'appelle en fait Théodore Finch ! Mais tout le monde l'appelle Finch :)

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Tous nos jours parfaits
Jennifer Niven