Les hyènes rôdent toujours

 
  • Sophie Sophie a apprécié ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
  • Titre : Hyènes rôdent toujours (Les)
  • Auteur : Caroline Auger
  • ISBN : 9782896073863
  • Éditeur : Soulières Éditeur
  • Année de publication : 2017
  • Nombre de pages : 144 pages
  • Niveau de difficulté : débutant
  • Public cible : 13 ans et plus
  • Genre : Suspens
  • Mots-clés : Rwanda, Meurtre, Amitié, Famille
Sophie Sophie a apprécié ce livre

Prisca est tutsi. Mais à Montréal, de nos jours, ça n’a pas d’impact sur sa réalité. Son père a quitté le Rwanda il y a des années maintenant et si elle sait le drame qui y a eu lieu, elle n’en ressent pas les conséquences au quotidien. Jusqu’à ce qu’un homme l’agresse dans l’autobus, lui murmure des mots durs qui la ramènent à ses racines. Et alors que des jeunes femmes tutsis meurent dans les rues, tuées par une drogue injectée avec une paille, Prisca a peur. Heureusement, sa meilleure amie a des ressources et essaie de l’aider en sollicitant l’aide d’un enquêteur et d’un itinérant qui se porte volontaire pour les surveiller. Mais parfois, on ne peut pas tout prévoir…

Ce court roman de Caroline Auger propose un suspens dans les rues de Montréal, mais rattaché aux évènements terribles du Rwanda, divertissant le lecteur, mais lui montrant aussi que l’équilibre est précaire. Accessible, il s’adresse toutefois à un public avisé.

Mon avis

L’idée est bonne. Il est important de faire un devoir de mémoire à propos de ce qui s’est passé au Rwanda pour ne pas que cela se reproduise. Et l’intrigue imaginée par Caroline Auger est crédible, basée sur des tensions raciales qui restent, propulsée par un homme qui a eu le cœur brisé et qui a trouvé un prétexte pour se venger. J’aurais voulu aimer davantage. Toutefois, le récit est parfois un peu maladroit dans l’assemblage. Tant les personnages mis en scène sont intéressants pris un à un, tant ils ne semblent pas tous cohabiter harmonieusement. Y avait-il trop de matériel pour un roman si court ? On ressort avec l’impression d’avoir lu beaucoup, mais en même temps pas assez comme si certains passages auraient pu être enlevés pour en laisser d’autres se développer. Il est important de placer le cadre du Rwanda, mais les passages qui s’y déroulent semblent un peu plaqués sur le reste. Néanmoins, le suspens autour du tueur en série fonctionne et l’alternance entre les points de vue crée un rythme accrocheur, suffisant pour avoir envie de se rendre jusqu’au bout du roman. En outre, plusieurs lecteurs auront ensuite envie d’en savoir plus sur les évènements du Rwanda. Merci, Caroline.

Merci à Soulières éditeur pour le roman et à Pierre-Alexandre Bonin pour la révision du billet!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie Sophie le 10 février 2017.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Les hyènes rôdent toujours
Caroline Auger
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Eben ou les yeux de la nuit
Eben ou les yeux de la nuit
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Les hyènes rôdent toujours
Caroline Auger