Olivier

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a aimé ce livre

Olivier accumule les mauvais résultats à l’école et subit une terrible pression de la part de son père, qui aimerait bien l’envoyer à l’école militaire pour le « redresser » un peu. Mais ce n’est pas qu’Olivier ne travaille pas, c’est juste qu’il n’y arrive pas. Les mots dansent devant ses yeux, il n’arrive pas à lire aussi vite que les autres et prend des heures à faire une rédaction qui n’obtient même pas la note de passage. En fait, Olivier ne se sent bien que lorsqu’il se retrouve derrière la lentille de sa caméra, à chercher l’angle parfait pour magnifier la lumière sur une photo ou pour rendre l’adrénaline d’une scène dans un film. Et quand il rencontre Pile dans une bâtisse abandonnée, un adepte de Parkour (un sport urbain), Olivier se laisse convaincre de faire un film pour participer à un concours. Seulement, avec la pression de son père, tout est fort compliqué…

Bien que fictionnel, ce récit est très réaliste et s’insère à merveille dans la collection « C ta vie ». Abordant les thèmes des difficultés scolaires, de l’incompréhension familiale, mais aussi du parkour et des jeunes en foyer d’accueil, Kim Firmston signe un roman accessible à tous les lecteurs.

Mon avis

Avec cette histoire autour d’un garçon en grande difficulté scolaire, mais passionné de cinéma, le livre parlera aux jeunes lecteurs qui ne se retrouvent pas dans le système scolaire et se sentent incompris. Ceux qui se font parfois traiter de « stupide » comme Olivier, mais qui peuvent en fait vivre des difficultés méconnues ; la dyslexie dans ce cas. Si le lecteur avisé en reconnait les signes assez tôt, il est vrai que plusieurs familles (et même de nombreux enseignants) ne savent pas encore en détecter les symptômes, ce qui crée d’énormes frustrations chez ceux qui en souffrent. L’ajout du parkour au récit apporte un relief intéressant à l’ensemble et la philosophie de Pile, « surmonter les obstacles rapidement et efficacement, sans dévier du trajet » convient bien au défi qu’Olivier devra relever s’il veut éviter l’école militaire.

En bref? Un roman miroir qui redonne espoir et, surtout, qui pourrait permettre à bien des jeunes de se comprendre aussi.

Merci aux éditions Guy St-Jean pour le roman!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 12 juin 2017.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Olivier
Kim Firmston
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Annabelle
Annabelle
Kickflip
Kickflip
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Olivier
Kim Firmston