Le chagrin du roi mort

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a aimé ce livre
Les frères Alexs et Brisco sont inséparables. À dix ans, ceux que tout le monde considère comme des jumeaux font toutes leurs activités ensemble et complètent les phrases l’un de l’autre. Toutefois, alors que le roi Holund meurt, le mystère de la naissance de Brisco s’éclaircit et, pour prendre le pouvoir, le frère du défunt enlève le jeune homme et l’amène à Grande Terre où il se donne pour mission de le transformer totalement.

Huit ans plus tard, Alexs et Brisco,  ayant atteint leur majorité chacun de leur côté de la mer, sont enrôlés dans la guerre qui fait rage pour que Guerold, celui-là même qui a enlevé Brisco, gagne encore plus de territoires. Leurs destins seront toutefois bien différents puisque l’un fait partie de l’infanterie et tombe amoureux d’une cantinière alors que l’autre est du côté des dirigeants et pourchassent les déserteurs.  

La première partie ressemble à un conte et les personnages sont d’ailleurs très stéréotypés, la sorcière, le vieux roi, le nain… mais aussi d’une richesse peu commune. La deuxième partie, quant à elle, est plus sombre, touchant les thèmes de la guerre et de la séparation, et étant, malgré la guerre destructrice qui se joue, plus dans la psychologie que dans l’action. La densité du récit intéressera davantage les lecteurs avancés, mais ce livre s’adresse à des gens de tous les âges.

Mon avis

C’est une fresque ambitieuse que ce roman et un moment de lecture enlevant et tout à fait agréable. L’univers est riche, porté par une narration imaginative entremêlée avec de courtes histoires tirées d’un folklore nordique qui ajoutent à l’aspect « conte » du récit.  Dans la première partie, les paysages de Petite Terre, cette île reculée du monde, sont dépeints de façon très visuelle et permettent de bien imaginer l’ambiance qui peut régner dans cette petite communauté. Et que dire des scènes dans cette bibliothèque où il est possible de se promener en chariots ou encore de la sorcière qui mange des rats vivants et en garde les queues. Délicieusement effroyable!

La deuxième partie est aussi très intéressante et ouvre la réflexion sur l’obéissance des soldats à la guerre, le désir de liberté et les souvenirs du passé qui viennent colorer le présent. L’intensité dramatique est toujours présente et prépare à la rencontre inévitable entre les deux frères que tout oppose désormais. Le tout sonne très juste et m’a littéralement transportée ailleurs.  

En bref? Un roman magnifique qui présente une histoire riche portée par une écriture soignée, une voix unique. 

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté de poursuivre votre voyage dans l'univers de Mourlevat avec Terrienne ou Combat d'hiver

Pour lire les premiers chapitres : 



Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 5 mars 2012.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Le chagrin du roi mort
Jean-Claude Mourlevat
Sophie a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Mylène (05.03.12 à 17 h 44)

Et bien chère Sophie, me voilà convincue! Je veux absolument lire la suite! ;)
Fifitor (05.03.12 à 17 h 49)

J'ai lu l'extrait et c'est tellement bien écrit que j'ai été triste que l'extrait soit si court ! Dès que j'en ai l'occasion je prend ce livre ! :)
Alice (06.03.12 à 00 h 43)

Un des meilleurs romans de Mourlevat selon moi. j'adore sa plume et la fin, quelle fin!
Martine (18.07.12 à 16 h 45)

J'ai adoré! J'avais beaucoup aimé "Terrienne" du même auteur, mais je me suis complètement laissé transporter dans l'univers dans ce roman (d'ailleurs je me suis couché un peu trop tard!). J'aime particulièrement l'aspect "conte" de l'histoire avec ses personnages riches et colorés et la poésie du texte. Mourlevat nous plonge dans une atmosphère et nous fait vivre toutes sortes d'émotions. Tout au long de l'histoire on ressent les liens forts qui unissent les personnages qui ne sont jamais ni tout à fait noirs, ni tout à fait blancs. On fini même par ressentir de la compassion pour "La Louve". Et que dire de la bibliothèque royale! J'en rêve encore!
Amélia Rendina (14.07.15 à 16 h 47)

Après avoir lu Terrienne, j'ai eu envie de lire un autre roman de Mourlevat. Décidément, cet auteur sait créer des atmosphères à la fois réalistes et envoûtantes. Les personnages du Chagrin du roi mort sont particulièrement attachants. Il m'a semblé que certaines actions s'étiraient en longueur d'autant plus qu'elles ne se dénouent pas toujours de façon convaincante... ou, disons, satisfaisantes. Le dénouement du destin de Brisco en est un exemple, mais ce même personnage peut aussi donner lieu à des discussions intéressantes sur ce qui participe à la construction de son identité et sur le pouvoir du temps qui passe.
Clair de plume (19.12.16 à 17 h 10)

J'ai du lire ce livre pour un devoirs et j'avoue que je n'était pas très emballées pourtant je lis beaucoup mais j'ai vraiment aimé le style de Jean-Claude mourlevat mais au fur et a mesure que j'avançais j'ai trouvé le livre vraiment bien !!!

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Le chagrin du roi mort
Jean-Claude Mourlevat