Polina

 
  • Sophie a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Sophie a aimé ce livre

Danseuse très douée, Polina Oulinov est acceptée à six ans dans l’école du professeur Bojinski, un maître admiré, mais d’une exigence extrême. Ainsi commence son parcours de danseuse classique, un parcours ardu et parsemé de rencontres diverses qui la mènera au Grand théâtre de Russie, puis dans la troupe du chorégraphe Laptar ainsi que sur le chemin de sa propre créativité. De l’enfance jusqu’à l’âge adulte, Polina est portée par sa passion pour la danse et par l’empreinte indélébile de Bojinski.

Roman graphique presque impressionniste, les dessins suggérant les émotions ou les actions plutôt qu’étant construits avec des lignes définies, Polina plonge le lecteur dans l’univers des danseurs russes. En suivant le parcours de Polina, on découvre l’univers de discipline des danseurs, mais aussi leurs aspirations et les liens qui se tissent inévitablement entre ceux qui travaillent ensemble, la relation maître-élève étant au premier plan. Si le récit peut intéresser un large public, la lecture de cette bande dessinée est assez difficile, entre autres à cause des ellipses dans le temps qui ne sont pas toujours annoncées. Pour lecteur avisé, donc!

Mon avis

Polina m’a été suggéré par une de mes élèves de treize ans, passionnée de danse faut-il le préciser?, qui n’est pas une grande lectrice, mais qui s’est retrouvée dans ce personnage de fille fragile, assez souvent en proie aux doutes et pourtant si douée. J’ai pour ma part mis un peu de temps à apprécier ce roman graphique. Il faut dire que les traits de Vivès doivent être apprivoisés et que Polina est parsemé d’ellipses dans le temps, le récit présentant l’héroïne de l’enfance à l’âge adulte, mais que ces dernières ne sont pas indiquées clairement dans la première partie de la bande dessinée. J’ai donc eu parfois l’impression d’être dans le flou, de manquer d’information.

Toutefois, une fois cette adaptation faite, j’ai vraiment apprécié l’héroïne que l’on découvre par petites touches et sa relation trouble avec Bojinski. D’ailleurs, au rayon des trouvailles graphiques, j’ai beaucoup aimé ce professeur aux traits du visage parfois invisibles et qui, alors qu’il retire ses lunettes vers la fin de l’intrigue, prend un coup de vieux. Comme si tout tenait à ce regard qu’il porte sur sa danseuse, à cette capacité qu’il a à voir le talent chez les autres.

En bref? Une bande dessinée parfois difficile à apprivoiser, mais bien construite et riche sur le plan graphique. 

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par Quatre soeurs et Kiss&Ice


Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Sophie le 10 août 2012.
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Zana-Zaia (10.12.15 à 20 h 59)

J'ai adoré ce livre que j'ai lu a 10 ans pour moi c'est un livre qui parle de la vie d'une danceuse étoile

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Polina
Bastien Vivès