Brume

 
  • Geneviève Bossé a aimé ce livre
     
  • Partager ce billet
     
  • Fiche technique
Geneviève Bossé a aimé ce livre
Billet rédigé par Geneviève Bossé, enseignante

Après qu’un violent orage se soit abattu sur la région, Billy et son père, David, constatent les dégâts : arbres brisés, fils électriques sur le sol, cabanon endommagé. Leur voisin, dont un des arbres est tombé sur sa voiture, demande à David s’il peut lui emprunter la sienne pour se rendre en ville. David lui propose plutôt de le conduire, car il a lui aussi des courses à faire. Les deux hommes, accompagnés du jeune Billy, se dirigent donc vers le centre-ville en se questionnant au sujet de cette brume blanche opaque qui ne cesse d’avancer vers la ville. À peine entrés dans le supermarché, les clients réalisent qu’ils sont maintenant pris au piège : le brouillard entoure les bâtiments et d’étranges bruits se font entendre. Que se passe-t-il à l’extérieur? Qui osera mettre le nez dehors et à quel prix?

Ce roman prend la forme d’un huis clos dans lequel les nombreux personnages développent paranoïa et agressivité face à la brume qui enveloppe la région. La narration à la première personne contribue à ce sentiment de proximité entre les protagonistes et le lecteur. Plusieurs thèmes sont abordés tels que la survie, la solidarité et la peur.

Mon avis

On connait Stephen King pour ses romans d’horreur, mais il maitrise aussi l’art du fantastique. Dans Brume, dès les premiers chapitres, l’auteur installe une atmosphère oppressante dans laquelle cette brume soudaine occupe toute la place. D’où vient-elle? Quelle en est la cause? Cette menace divise rapidement les clients pris au piège dans le supermarché. Les esprits s’échauffent et les conséquences de cette tension poussent les gens à commettre des gestes irréfléchis. Outre l’atmosphère très réussie, les personnages constituent un point fort du roman. Ces derniers possèdent des caractéristiques particulières et leur évolution psychologique participe à l’intrigue qui, doit-on le dire, ne s’essouffle pas. On aime le jeune Billy et son désir de retrouver sa mère, on comprend son père de vouloir trouver des solutions et on déteste Mme Carmody, qui psalmodie sans cesse que c’est la mort qui plane à l’extérieur. Finalement, le roman Brume est un mélange réussi d'horreur et de suspense qui plaira aux amateurs du genre!

Merci aux éditions Albin Michel pour le service de presse!

Billet corrigé par Antidote 9 juste avant d'être publié par Geneviève Bossé le 8 janvier 2020.

Vous avez aimé le billet ? Procurez-vous le livre…

Brume
Stephen King
Geneviève Bossé a aimé ce livre
sur leslibraires.ca.

Si vous avez aimé, vous pourriez être tenté par...

Corps (Le)
Corps (Le)
Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •
Brume
Stephen King