Entrevue avec Sébastien Larabée !

 
Partagez sur Facebook Parlez-en sur Twitter

9 juillet 2012

Le roman La pièce du passeur est resté longtemps sur ma pile de livres à lire, je dois l'avouer. La quatrième de couverture ne m'interpelait pas particulièrement et je ne connaissais rien de l'auteur, dont c'est le premier roman. Mais la curiosité a finalement pris le dessus et je dois dire que j'en suis très heureuse. Après m'être plongée dans ce premier tome de la série du Cycle de Varrandinn, j'ai eu envie d'en apprendre un peu plus sur celui qui a créé ce monde aux possibilités multiples et tenter ainsi de soutirer quelques informations sur la suite... 

Qu’est-ce qui est né d’abord, les personnages ou l’histoire de la Pièce du passeur, le premier tome de la série le Cycle de Varrandinn?

Le premier-né de toute l’histoire est en fait Montaigue, le Flingueur! Je l’ai imaginé avant tous les autres! Ensuite est venu Benjamin et à partir de là, les événements se sont enchaînés pour donner l’histoire sous sa forme actuelle.

La pièce du passeur est votre premier roman. Est-ce que le texte d’origine a subi beaucoup de changements avant d’arriver dans nos mains?

Oh que oui! Les cent premières pages sont restées plutôt inchangées mais suite à discussion avec mon mentor, j’ai dû sacrifier les cent dernières et réécrire la moitié du livre!

Ç’a été dur mais, honnêtement, le produit fini est infiniment mieux construit que la première version.

Pourquoi avoir choisi une double narration, soit de donner une voix à Benjamin, mais aussi à Antoine?

La voix de Benjamin s’est imposée de manière forte dès le départ et j’aimais beaucoup pouvoir donner au lecteur sa perspective unique et tellement personnelle. Par contre, en cours de route, j’ai découvert le défaut de cette narration : impossible de savoir ce qui se passait ailleurs! Le journal d’Antoine était, au départ, une façon d’exposer les actions de l’opposition. Au fil du roman, ce journal est devenu plus vivant, plus important et finalement, prend une grande place dans le fil narratif!

Lesquels des nombreux personnages présentés préférez-vous? Pourquoi?

Montaigue, pour son côté carrément carnassier, sa froide logique et son talent incontestable pour le combat. La Rouge, pour son pouvoir durement gagné et son don d’apparaître aux moments les plus opportuns.

Le vocabulaire est riche dans ce premier roman. Avez-vous eu parfois peur que certains lecteurs plus faibles décrochent à cause de cela? 

Je crois qu’un livre se doit de présenter un minimum de défis. Tant mieux si on y apprend quelques mots nouveaux. Je n’ai jamais songé à modifier le texte pour le rendre plus accessible, pas plus que je ne tenterais de rendre mes écrits plus « littéraires » en les rehaussant de mots compliqués. J’écris par instinct et les mots choisis sont donc, la plupart du temps, les plus appropriés. (Je dis la plupart du temps parce que mon éditeur a droit de regard!)

Dans votre vie réelle, vous avez une passion pour les animaux qui n’apparait aucunement dans le roman! Est-ce un choix conscient?

Absolument pas! J J’ai réalisé en cours de route qu’il n’y avait pas d’animaux dans mon bouquin et il aurait été très difficile d’en insérer un de force dans le texte. J’ai donc oublié l’idée. Par contre, soyez certains que cette passion finira bien par ressortir dans un roman à venir!

La pièce du passeur est le premier tome d’une série, connaissez-vous déjà la fin du récit ou vous laissez-vous porter par les personnages?

J’ai une vague idée de ce qui va advenir mais sans plus. Je me laisse porter par mes personnages et ce sont eux, en fait, qui racontent l’histoire.

À la toute fin du roman, l’un de vos personnages semble débarquer dans un monde qui ressemble étrangement à notre réalité. Est-ce une piste que vous avez envie d’emprunter?

Qui sait? L’option reste ouverte! 

Pouvez-vous nous donner un petit indice sur la suite, question de nourrir notre curiosité?

Hummm… Comment faire pour piquer votre curiosité sans pour autant trop en révéler? Ok, je plonge :

Les Flingueurs sont au pouvoir et font tout pour écraser les puissances surnaturelles afin d’assurer la domination par la technologie. Encore une fois, le trouble règne en Almurienn et personne ne saurait prédire qui prendra les rênes du pouvoir…

Qu’est-ce qui vous a amené à l’écriture?

La lecture. Toute ma vie, j’ai lu avidement et un jour, j’ai décidé d’écrire pour tenter de rejoindre les rangs de ceux qui font rêver les lecteurs! Pari réussi! 

Lisez-vous beaucoup de fantasie vous-même? Quels sont les auteurs et/ou les univers qui vous inspirent?

J’en lis énormément et les auteurs qui m’ont le plus influencé sont sans conteste Stephen King (avec la série The Dark Tower, R.A. Salvatore (avec toute la saga de Drizzt Do’urden), Margaret Weis et Tracy Hickman (Dragonlance) et plusieurs autres!

Que préférez-vous dans l’écriture? Qu’aimez-vous le moins?

Facile!
Ce que j’aime le plus : déambuler dans mon imaginaire!
Ce que j’aime le moins : la discipline à laquelle je dois m’astreindre pour parvenir à écrire!

Rafale lecture !

Enfant, étiez-vous un grand lecteur?

Oui. Depuis le jour où j’ai su lire, je n’ai jamais cessé. Enfant, je lisais tout le temps et au début de l’adolescence, j’ai atteint mon rythme de croisière : je lis en moyenne un roman par semaine et ce, depuis l’âge de 10-12 ans.

Qui vous a donné le goût de lire?

Mes parents sont de grands lecteurs et depuis tout petit, je voulais faire comme eux et lire moi aussi. Pour le reste, les livres ont fait le boulot, je suis tombé en amour avec eux et cette passion ne fait que grandir d’un bouquin à l’autre!

Quel mot décrit le mieux votre relation avec les livres?

Vital.
Pour moi, lire est aussi nécessaire que manger, respirer ou dormir. Je puisse dans mes lectures tellement de joie, de connaissances et peux, par l’entremise d’auteurs de talent, m’aventurer dans tellement d’endroits merveilleux… Je suis définitivement accro!

Quel est votre livre préféré?

The Gunslinger, par Stephen King

Quel roman a marqué votre adolescence?

Les Trois Mousquetaires, de Dumas

Quel est le livre sur votre table de chevet?

Night of the Wolf, par Alice Borchardt (en fait, il est dans mon sac et je le trimballe partout mais bon…)

Dans quel endroit préférez-vous lire?

Dans mon bain! Pour moi, c’est la détente par excellence!

Si vous étiez un livre, lequel seriez-vous? 

The Drawing of the Three, par Stephen King. Pour ses personnages exceptionnels et sa fusion du monde moderne et du fantastique.

Avez-vous une suggestion de lecture pour ceux qui ont aimé La pièce du passeur?

Le tome 2! 
Sans blague, je recommande toute la série de The Dark Tower, par S.King. Il y a là de quoi rassasier les plus critiques en matière de fantaisie et honnêtement, c’est selon moi l’œuvre de fantaisie la plus marquante depuis Le Seigneur des Anneaux.
 
Parcourir les archives

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •