Prix des libraires jeunesse – Liste préliminaire 2022

 
Partagez sur Facebook Parlez-en sur Twitter

30 septembre 2021

On l'attendait avec impatience... et la voilà : la liste préliminaire des Prix des libraires jeunesse, une sélection éclectique et qualitative faite par des libraires passionnés ! 

Voici donc les titres retenus pour les 12-17 ans !

 

 

Catégorie Québec

Comme un ouragan de Jonathan Bécotte 

Extrait du billet : « À travers tous ces souvenirs et anecdotes qui culminent par la révélation, c’est la métaphore du vent, du souffle, qui sert de fil rouge, métaphore qui est soutenue habilement par le graphisme de la collection. En effet, les poèmes ne sont pas statiques sur la page : on joue avec la taille, les teintes plus pâles de la typo, le mouvement aussi, pour donner plus de force à certains passages, pour illustrer certaines images littéraires. » 

Pour en savoir plus...

Dans mon garde-robe d'Aimée Verret

Extrait du billet : « J’ai eu un coup de cœur pour cette narratrice qui explique son désarroi par petites touches, cachée dans ce lieu qui lui faisait peur enfant, mais qui se révèle être l’espace dans lequel elle peut se redéfinir. Il y a une grande justesse dans la plume d’Aimée Verret quand elle aborde la pression du changement qui vient avec l’âge alors que le corps évolue, qu’il faut modifier sa façon de s’habiller et sa façon d’être, mais que la tête, elle, n’est pas toujours rendue là. »

Pour en savoir plus...

 

Exit l'innocence d'Esther Croft

Extrait du billet : « 120 pages. Huit textes courts, plus des récits que des nouvelles, pour parler de ce délicat passage de l’enfance à l’adolescence qui est souvent accompagné d’une déchirure dans le voile qui donne cette impression à plusieurs que le monde est un endroit sécuritaire, un peu magique. Huit textes donc, qui abordent des thèmes divers, chaque fois avec une grande justesse, tant dans les personnages mis en scène que dans le ton. »

Pour en savoir plus...

 

Fab tome 1 d'Émilie Ouellette

Extrait du billet : « Émilie Ouellette a su donner à son histoire sa touche personnelle. D’abord via les deux mères de Fab, l’homoparentalité étant abordée de front dès le départ. C’est normalisé, ça fait partie de son quotidien, mais on sent aussi que ça peut entrainer certains jugements. Puis, Fab est métisse et Manmi noire, ce qui modifie aussi leur rapport au monde extérieur. Oui, même s’il y a progrès, la couleur de peau fait encore réagir et plusieurs préjugés perdurent (ici, j’ai beaucoup aimé la scène avec le directeur, notamment, et la réaction du prof d’impro).»

Pour en savoir plus...

 

Léonore de Linda Amyot

Présentation de l'éditeur : « Ébranlée par un drame déchirant, la famille de Léonore tente de se tourner vers l’avenir et de retrouver une vie normale. Dans son difficile passage du primaire vers le secondaire, la jeune fille peut compter sur sa grand-mère, qui s’efforce de pallier l’absence de ses parents et d’insuffler un peu de joie à la maisonnée. Quand son enseignante demande aux élèves de sa classe de raconter leur année, des blessures sont ravivées. Derrière les façades des uns et des autres se cachent parfois des histoires douloureuses. Que racontera Léonore ? »

 

Trash anxieuse de Sarah Lalonde

Extrait du billet : «  j’ai eu un plaisir fou à découvrir cette petite plaquette qui se présente dans une langue tout aussi décomplexée que son héroïne, avec un vocabulaire parlé qui ne nuit pas au propos, bien au contraire. Oui, la poésie peut ressembler à la langue réelle des ados, celle qu’on entend dans les cours d’école, et rester jolie. Par contre, j’ai eu l’impression que c’était un tout petit peu trop appuyé dans les premières pages, alors que les mots anglos sont alignés. C’est plus diffus par la suite et ça sonne plus réel. »

Pour en savoir plus...

Catégorie hors Québec

 

C'est beau, le rouge de Lucie Zamolo

Extrait du billet : « Oh que cette lecture, en dessins et en mots, écrits de façon manuscrite, est chouette ! De la première fois (qui est parfois fort surprenante) à ce qu’on ressent dans notre corps et dans notre tête avant, pendant et après, Lucie Zamolo couvre un large spectre tout en ciblant le cœur du sujet et en évitant les détails, mettant l’accent sur les raisons qui font qu’on est gênés de parler de ce sujet. Ainsi, elle montre comment les hommes voyaient les menstruations il y a déjà fort longtemps (Aristote n’a pas l’air fort brillant sur le coup), mais aussi ce qui se passe encore aujourd’hui par rapport à ces règles, notamment avec les cabanes de menstruations. »

Pour en savoir plus...

 

De sang et de rage de Tomi Adeyemi

Extrait du billet : « Basé sur le culte des Orishas par les Yorubas, en l’Afrique de l’Ouest, l’univers présenté est riche et propose une galerie de personnages à multiples facettes, des croyances et des rituels qu’on sent réfléchis et ancrés dans quelque chose de plus large ainsi que des animaux extraordinaires (coucou le léopardaire) qui permettent au lecteur de s’extasier par moment. Mais tout fascinant qu’il soit, l’univers est surtout mis au service d’une intrigue qui est, au final, imprégnée de réalisme. »

Pour en savoir plus...

 

Filles uniques d'Anne Loyer

Extrait du billet : « Anne Loyer a une grande sensibilité et en fait de nouveau ici la preuve dans un récit qui se révèle être à double voix puisqu’on comprend rapidement que les lettres qui ponctuent la narration de Xinxin sont celles de Lotus, sa jumelle, qui raconte son quotidien à une « amie imaginaire » et explique, par la démonstration, certaines des raisons de son adoption. »

Pour en savoir plus...

 

La fleur perdue du chaman de K. de Davide Morosinotto

Extrait du billet : « C’est une expérience de lecture fascinante qui met fin (si on en croit le mot de l’auteur à la fin du roman) à une drôle de trilogie amorcée avec Le célèbre catalogue Walker & Dawn et poursuivie avec L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges. Drôle de triptyque, oui, parce que les histoires ont peu en commun, si ce n’est qu’elles mettent en scène des enfants, des adolescents d’une grande force, qu’elle leur fait vivre des aventures, des voyages extraordinaires le long de fleuves (le Mississippi, la Neva, l’Amazone) et que la forme du livre participe aussi à la lecture. »

Pour en savoir plus...

 

La vie invisible d'Addie Laruede V.E. Schwab

Présentation de l'éditeur : « En 1714, Addie, une artiste, scelle un pacte avec le diable. En échange de l'immortalité, personne ne se souvient de son nom ou de son visage. Dans une vie jalonnée de rencontres éphémères, elle parcourt les siècles et les continents. Trois cents ans plus tard, dans une librairie new-yorkaise, le libraire la reconnaît. Addie cherche l'explication de ce miracle, mais un démon la poursuit. »

 

Si je disparais de Brianna Jonnie

Extrait du billet : « Cette nouveauté Griff chez Isatis (qui propose des œuvres alliant narration, poésie dans certains cas, et images fortes) est devenue mon titre préféré de la collection, rien de moins. Il faut dire que Si je disparais aborde un sujet brulant, d’actualité, interpelant… et que c’est superbement écrit, avec une structure narrative des plus efficaces. Des semaines après l’avoir lu, le récit nous hante encore. »

Pour en savoir plus...

Pour ma part, il m'en reste deux à découvrir ! Et vous ?

Vous avez trouvé une faute ? Oui, j'en laisse parfois passer. N'hésitez pas à me la signaler à sophiefaitparfoisdesfautes@sophielit.ca et je la corrigerai ! Merci et bonne lecture ! :-)
Parcourir les archives  

Ajoutez votre voix à la conversation

Nouveau commentaire

(ne sera pas affiché)
Votre commentaire :

Ce site aime la langue française, merci de ne pas trop la maltraiter dans votre commentaire.
ANTI-SPAM : Combien font 2-1, écrit en lettres ?
Réponse : (indice : entrez un chiffre inférieur à deux)
• • • •